Pourquoi photographier des gens nus ?

Moins consensuel que le portrait, mieux accepté que la pornographie, le nu reste quand même un genre qui questionne et qui rebute, confondu allègrement avec la photographie dite « glamour », voire avec l’érotisme. Il n’y qu’à voir ma newsletter : à chaque fois que je publie plusieurs portraits de suite, le premier nu glissé dans la série provoque au moins un désabonnement d’abonné(e) récent. Je pense que le sujet est mal compris, mal perçu, ou juste refusé. Alors, pourquoi photographie-t-on des gens nus ?

Parce que ça existe

J’ai un problème fondamental avec la censure : comment justifier qu’on accepte ou qu’on censure tel ou tel élément ou sujet ?

Pourquoi un enfant syrien mort, échoué sur une plage turque, face contre terre, peut-il faire la une des plus grands magazines de monde en tant qu’information alors que publier des photos des victimes du Bataclan, c’est une apologie du terrorisme ? Montrer des photos de guerrilla (lointaine…) est-il une apologie de la guerre civile ? Montrer des photos de bébés nus sur des peaux de moutons est-il une apologie de la pédophilie ? Comment justifier ce double standard ? On a bon nombre de documents visuels sur des groupes paramilitaires (les FARC, par exemple), qui les montrent sous un jour humain (peurs, motifs de prise des armes, confessions, etc.), publiés sans un remou, mais on peut se demander quel accueil serait réservé à des documents similaires s’intéressant aux ennemis jurés de l’occidentalité.

Toutes les entorses à la liberté d’expression sont des entorses à nos principes fondamentaux, quelles que soient leurs raisons, et leur justification repose bien d’avantage sur une morale opportuniste que sur un idéal de justice intemporel. Les exemples de la bande à Manouchian (fusillés en 1944 pour terrorisme puis transformés en outil de propagande), des séparatistes basques (ETA : 1959-2018), corses (FLNC : 1968 – 2014), ou irlandais (IRA : 1916 – 2018) etc. montrent que « résistant », « terroriste », « révolutionnaire », « rebelle », « insurgé » ou « criminel » sont des termes totalement interchangeables selon l’époque et le point de vue de celui qui parle, et c’est l’Histoire qui se charge a posteriori d’étiqueter tous ces combattants qui utilisaient les mêmes méthodes violentes à des fins politiques. Sauf que, lorsque l’histoire n’était que de l’actualité, distinguer les deux dépendait exclusivement du point de vue. Et l’actualité, c’est nous, alors méfiance.

Finalement, honorer la résistance française le 8 mai n’est-il pas une forme d’apologie du terrorisme ? Car stricto-sensus, les méthodes d’action de la résistance (substitution à la force publique, organisations armées illégales, assassinats de dignitaires, destruction de bâtiments, embuscades, etc.) rentrent exactement dans la définiton du terrorisme que dresse l’article 421-1 du Code pénal (introduit par la loi Cazeneuve de novembre 2014) : ils ont tué des gens, détruit du matériel, porté des armes en temps de paix (oui, l’armistice avait été signé en 1940, la France était en paix) et troublé l’ordre public. Mais on est réticent à classer nos héroïques papys résistants, qui défendaient leur sol et leur famille, dans la même catégorie que Daech ou Al-Qaida, d’autant plus qu’on leur a distribué des médailles pour ça.

On voit bien que le terrorisme est ce concept fourre-tout, défini par ses méthodes violentes visant à propager la terreur, mais qui regroupe allègrement l’insurrection (qui était un droit prévu par la Déclaration des Droits de l’Homme en 1789, interdit par la loi du 22 juillet 1992), le fanatisme religieux et le crime organisé, et que ce simple concept échoue à décrire précisement les trop nombreux aspects qu’il contient. Il est un peu hypocrite d’oublier qu’aucune révolution n’est ni légale ni pacifique, surtout pas la notre, et qu’aucun révolutionnaire n’est autre chose qu’un terroriste. On peut aussi se demander s’il appartient à l’État d’interdire l’insurrection, puisque Vichy a montré qu’un gouvernement peut être criminel, auquel cas les citoyens doivent désobéir (d’ailleurs, ceux qui ont obéi ont eu des problèmes après 1945, et ceux qui ont désobéi ont eu des problèmes avant, donc tout le monde a fini coupable à un moment ou à un autre). Interdire l’insurrection revient à faire le pari naïf que notre système politique nous protègera toujours de l’oppression.

La morale de tout ça est qu’on célèbre nos gentils papys terroristes quand on emprisonne nos vilains jeunes barbus terroristes, et ce n’est pas logique. Soit on fait sortir l’insurrection de la définition du terrorisme, et là d’accord, la résistance n’est pas du terrorisme et on peut continuer à être fier de son papy, soit on arrête de fêter nos vieux dérailleurs de trains parce que rien, sur la méthode, ne les différencie des Coulibaly de ce monde. Dans la même veine, la Marseillaise est un texte séditieux qui fait l’apologie de la violence envers les personnes et de l’insurrection, mais ça n’a l’air de poser de problème à personne…

Du coup, devant une définition faite d’exceptions et de double standards, la notion d’apologie du terrorisme devient très floue, sa censure mène à des paradoxes et à un arbitraire basé sur une trop grande liberté d’interprétation, et sa répression devient carrément n’importe quoi. En réalité, on peut trouver des paradoxes de ce genre pour chaque type de censure, où le bon sens paysan (et des lois débattues dans l’urgence permanente) aboutit à des définitions floues (que les magistrats sont les premiers à critiquer) qui vont finir appliquées à la tête du client. Et comme de juste, ça a donné du grand n’importe quoi (prévenus de 8 et 9 ans signalés à la gendarmerie par leurs profs pour non-respect de la minute de silence, la Stasi n’avait pas fait mieux).

Donc la censure est toujours suspecte car il n’est jamais simple de savoir si elle protège les droits du citoyen ou la tranquilité des institutions (et de leurs agents), et finalement une certaine forme d’immobilisme favorable au statut quo. Dès lors, comment décider (sans céder aux dogmes, idéologies et aux modes bien-pensantes) ce qui peut être dit et montré, puis ce qui doit être dit ou tu, montré ou caché ? Autrement dit, peut-il y avoir une censure exempte de toute cause politique ou idéologique et qui ne mènerai pas à une application plus ou moins arbitraire ?

Sur les réseaux sociaux, on voit bien que la censure de la nudité est effectuée au nom de la protection du public contre le contenu sexuel (comme si l’implication nu => sexe était évidente), et que la nudité partielle est tolérée à condition de masquer les seins (féminins uniquement) et les parties génitales, dans des proportions laissées à l’appréciation au cas par cas du censeur et qui varient suivant les cas. Dans le même temps, la lingerie, le latex, et autres vêtements fétichistes passent sans problèmes, alors qu’il évident que la présence de lingerie et de poses suggestives peut générer une tension bien plus sexuelle que la nudité complète, quand bien même la dentelle ou le latex cache les parties honnies. Donc on est bien là dans le double standard, où la justification de la norme imposée apparaît d’avantage comme une excuse que comme une valeur, et finit par protéger le droit de censure arbitraire (plus ou moins large, donc) de l’institution plutôt que le droit d’expression de l’individu.

En conséquence, je ne vois pas comment une censure non arbitraire serait possible. Partant de là, toute forme de censure me paraît également inacceptable, aussi bien le spectacle de la mort, du sexe, de la violence, que l’interdiction de la cigarette dans les films (pourquoi ne pas plutôt interdire directement la vente de tabac ?) ou que la criminalisation du révisionnisme/négationnisme (la stupidité est-elle vraiment un crime ? Si oui, on n’a pas fini de légiférer sur le créationnisme, le climato-scepticisme et j’en passe). Tout ce qui existe mérite d’être dit et montré. Aucune cause morale ou idéologique ne peut justifier qu’on cache ce qui est, puisque c’est. Et ça implique aussi d’accepter que les gens disent de la merde.

Donc on montre des corps nus parce que ça existe, et qu’il n’y a rien qui justifie qu’on s’en empêche. La nudité est l’état par défaut de l’être humain. C’est. Et c’est neutre. De même qu’on devrait être capable de montrer n’importe quoi d’autre, y compris les morts. Mais apparamment, si l’on tolère les photos des morts des autres (surtout au JT à l’heure du dîner), les nôtres nous donnent des haut-le-cœur. On s’arrange comme on peut avec sa morale.

Dans tous les cas, la progression de la censure mobilise bien moins les foules que la pertes des acquis sociaux, car la liberté d’expression ne concerne… que ceux qui s’en servent.

L’étude

Il faut bien avouer qu’on a un drôle de rapport avec notre corps. La plupart des gens vont passer leur vie à se battre avec (régimes, chirurgie plastique et cosmétique, etc.), certains vont en faire une obsession (culturisme, musculation), d’autres vont le modifier (tatouages, piercings, écarteurs, etc.), beaucoup vont le maltraiter (manque de sommeil, excès de stress, mauvaise alimentation) mais presque tous vont passer toute leur vie à le détester dans sa forme naturelle.

Ensuite, on a un drôle de rapport à la nudité, c’est à dire au dévoilement du corps. Le voile intégral (islamique) provoque un rejet quasi unanime (dans notre belle société black-blanc-beur-mais-pas-jaune), donc l’extrême inverse de la nudité n’est pas accepté. La nudité complète sur la voie publique est passible de prison, donc c’est clair : la nudité n’est pas acceptée non plus. La nudité partielle (shorts et jupes courtes) est couramment associée à un manque de dignité, voire à une « incitation au viol » et à des mœurs légères. L’ironie c’est que, si les deux extrêmes sont autant proscrits l’un que l’autre, il n’existe aucune définition claire et absolue du pourcentage de peau à montrer ou à cacher pour respecter les critères de bienséance définis par on ne sait qui : on nage en plein arbitraire, où c’est toi qui places le curseur mais où tout ce que tu décideras pourra et sera retenu contre toi. Il y a donc là un paradoxe, et les paradoxes, ce sont des mines d’or remplies de choses que les gens ne veulent pas voir et que les artistes vont se faire un plaisir d’exhiber. C’est leur boulot, et c’est à ça qu’ils servent dans une société.

Le corps humain, c’est cool. D’abord d’un point de vue bio-chimique et bio-mécanique, c’est de l’horlogerie de pointe. Ensuite, même si on est tous conçus sur le même plan, il n’y a pas deux exemplaires identiques. Alors ça vaut quand même la peine de prendre le temps de l’observer.

Le corps humain, ça raconte des trucs. Les rides, les cicatrices, les vergetures racontent l’histoire intime d’une personne. Les différentes parties du corps peuvent être associées à des souvenirs sensoriels (je ne vous fais pas de dessin). Le langage corporel peut décrire des émotions ou des états d’esprit. Bref, le corps humain est aussi une matière créative.

Le corps humain, c’est toujours mal compris. Le cerveau est toujours une énigme, le système endocrinien est à peine compris, les mécanismes du vieillissement et de la régénération cellulaires font chaque année les gros titres de la presse scientifique parce que chaque découverte contredit la précédente… Bref, le corps humain reste mal compris, donc reste intéressant.

Le corps humain, c’est honteux et méprisé. Héritage d’une culture religieuse où seule l’âme compte, où l’existence terrestre ne sert qu’à mériter sa place au paradis, et où tout ce qui est corporel est souillé, le corps est une honte qui doit être dissimulée. C’est particulièrement hypocrite de prétendre vivre dans une société laïque tout en perpétuant une morale 100 % chrétienne dont la seule justification qui tienne est dans la Bible. Et il faut voir avec quelle désinvolture on associe automatiquement nudité avec honte, indécence et incitation au viol, sans même prendre 10 minutes pour réfléchir à la justification morale de cette association d’idées, ou à son origine. C’est merveilleux de ne jamais questionner ses valeurs avec autant d’acharnement. Et c’est là que le bon peuple mérite des baffes dans la tronche, pour perpétuer des habitudes sans même réaliser que ce ne sont que des choix arbitraires qui ne reposent que sur des textes sacrés d’une religion à laquelle plus grand monde n’adhère. Qu’on soit bien clair : une société est bien obligée de s’entendre sur un ensemble de valeurs communes, sans quoi on ne peut plus cohabiter, et ces valeurs sont souvent des choix arbitraires. Ceci est parfaitement acceptable mais seulement à la condition que l’on reste conscient que ces choix arbitraires ne sont donc, fatalement, pas des absolus et peuvent être révisés et amendés à tout moment pour répondre à de nouveaux besoins ou inclure de nouvelles problématiques. Or ici, l’arbitraire mène à un système de valeurs à deux vitesses, où les musulmanes n’ont pas le droit d’être trop habillées, et où les autres n’ont pas le droit de ne pas l’être assez, et où tout le monde s’enfonce confortablement dans un traditionnalisme borné et limitatif.

Le corps humain, c’est standardisé. Même si ça tend à s’améliorer dans les media les moins mainstream, où l’on commence à entrevoir la non-unicité de la définition de la beauté, pour les media de masse, la beauté se mesure en heures de Photoshop. Et naturellement, tout ce qui dévie de cette définition idéalisée est cordialement invité à se priver de nourriture, à passer 8 h par jour en salle de sport, et éventuellement sous le bistouri, pour corriger sa déviance. Ici, c’est un problème de santé publique, et il faut agir.

Pour toute ces raisons, on vous montre des corps nus. Alors, on n’est pas naïfs, on sait très bien que certains viennent les voir à une seule main et avec le rouleau d’essuie-tout à portée immédiate. Ils ont le droit. Mais pour les autres, il s’agit de documenter l’espèce humaine, la diversité, les paradoxes, et même, pourquoi pas, de jouer avec leurs fantasmes. On est dans un pays libre, c’est permis (enfin, pour l’instant).

Contribuez au site

135€ collectés sur 11 000€

Ce site demande environ 250 h/an, coûte plus de 5500 €/an et sert près de 700 000 pages et plus de 230 Teraoctets à plus de 68 000 visiteurs uniques chaque année depuis 2014. Une partie du code source du site est développée en interne spécialement pour servir son contenu, et chaque article est le résultat d'un travail original de recherche et d'analyse, prenant de 4 à 15 h, sans compter les mises à jour ultérieures. Faites une différence, contribuez à la rédaction de mon prochain article :

[Note : des frais de transaction de 5 % + 0,10 € sont déduits par Paypal du montant de votre don. Pour 1 € donné, je reçois maximum 0,85 €.]

Informations personnelles

Total du don : 3.20€

2018-06-06T18:46:26+02:004 juin 2018|Catégories : Réflexions|Mots-clés : , |3 Commentaires

À propos de l'auteur :

Développeur d'outils logiciels de traitement d'image pour darktable. Spécialiste calcul et modélisation thermodynamique chez Cellier Domesticus. Photographe. Pianiste. Développeur spécialisé en Python pour le calcul et la modélisation. Auteur de bouquins et de blog sur les sciences et la technologie. Expériences précédentes dans la fonction publique territoriale, les moteurs électriques industriels, les voitures solaires en fibre de carbone et le non-sens académique (maths sup, DUT).

3 Comments

  1. palouf34 6 juin 2018 à 4 h 49 min - Répondre

    article exellent.. bien argumenté

  2. Thomas Hammoudi 8 juin 2018 à 3 h 30 min - Répondre

    Au top Aurélien 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

quis dapibus venenatis, eget efficitur. facilisis ante. id